Née au Québec (Canada), Véronique Béland vit en France depuis 2010, où elle a été diplômée du Studio national des arts contemporains le Fresnoy (Promotion Michael Snow, 2010-2012). Elle est également titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. 

Sa pratique artistique, qui gravite entre les arts médiatiques et la littérature, s’intéresse à des phénomènes insaisissables à échelle humaine, dans une tentative constante d’ausculter ce qui semble vide pour en révéler le contenu. Par divers protocoles de traduction ou de transcodage, qui convoquent à la fois les mondes de l’art et de la science, ses oeuvres cherchent à faire contact entre le perceptible et l’imperceptible, d’où en jaillit une certaine forme de narration.

Depuis 2005, son travail a été présenté lors d’expositions individuelles et collectives au Canada, aux Etats-Unis et en Europe (France, Belgique, Allemagne, Pays-Bas, Lituanie, Espagne, Portugal). Elle a aussi été récipiendaire de nombreux prix d’excellence ainsi que de diverses subventions de recherche. Elle a également mené plusieurs résidences-missions et projets d’éducation artistique et culturelle en France comme à l’étranger. 

En 2014, elle a publié avec Catherine Tremblay le livre de correspondances photographiques "Elles [collectionnent] des mondes" aux éditions du Renard. Elle est aussi l’auteure du recueil de poésie "Le vide de la distance n’est nulle part ailleurs" (2016) et du livre "Malgré les collines - égarements cartographiques dont vous êtes le héros" (2017), tous deux parus aux éditions sun|sun. ​​​​​​​